Pour quel système de chauffage opter ?

Fioul, bois, gaz, biomasse, électricité etc. Face à tant de possibilités comment  choisir le meilleur système de chauffage pour son domicile ?

Quel est le meilleur système de chauffage en fonction du lieu de votre habitation ?

Le meilleur système de chauffage pour un petit logement ou un logement bien isolé

Optez pour un système de chauffage électrique. Même si le chauffage électrique a la réputation (justifiée) de consommer plus que le chauffage au gaz, la taille réduite de votre logement ou sa très bonne isolation thermique empêcheront une surconsommation d’énergie. De plus, l’installation moins onéreuse du chauffage électrique par rapport à un autre type de chauffage vous permettra de réaliser des économies.

Le meilleur système de chauffage si vous vivez à proximité d’un réseau de gaz de ville :

Nous vous recommandons le chauffage au gaz. Ce système présente de nombreux avantages puisqu’il est plus économique et écologique que l’électricité ou le fioul. Néanmoins, selon les travaux à effectuer, l’installation d’un chauffage au gaz peut se révéler plus ou moins chère. Enfin, notez bien que votre logement doit être proche d’un réseau pour bénéficier du gaz de ville.

Le meilleur système de chauffage si vous ne vivez pas à proximité d’un réseau d’alimentation en gaz de ville :

Dans cette situation, le chauffage au fioul semble être une bonne alternative. Le chauffage au fioul présente l’avantage de diffuser rapidement une chaleur homogène et qui durera toute la journée. Malheureusement, ce mode de chauffage est loin d’être le plus écologique et économique à cause du coût important de son installation. L’augmentation régulière du prix du fioul est aussi à prendre en compte…

Le meilleur système de chauffage si vous vivez dans une région plutôt chaude et ensoleillée :

Le chauffage solaire a comme principal atout d’utiliser une énergie solaire gratuite, renouvelable et donc très écologique. Il en va de même pour la pompe à chaleur. Grâce au principe de la géothermie, elle restitue plus d’énergie que celle consommée. Cependant il n’est pas rare de devoir utiliser un chauffage d’appoint pour rattraper les fréquents décalages entre les besoins en chaleur et la production réalisée.

Système de chauffage

 

Les systèmes de chauffage les plus écologiques :

Le chauffage solaire :

Niveau écologie, c’est la solution idéale. Inépuisable et gratuite, l’énergie solaire est facile à transformer et n’émet pas de gaz à effet de serre. Le principe : des panneaux solaires thermiques vont produire de la chaleur qui sera soit stockée soit distribuée dans la maison. Ce distribution se fera le plus souvent via des radiateurs ou un plancher chauffant. Cependant, le solaire ne couvre que 25 à 60% des besoins en chauffage d’une maison. Par conséquent, un système d’appoint devra être installé.

Les pompes à chaleur :

Ce système exploite la chaleur se trouvant dans le sol, l’air ambiant ou l’eau d’une nappe phréatique. Celle-ci est prélevée par des pompes avant d’être restituée dans la maison au travers de radiateurs, planchers chauffants ou ventilos-convecteurs.
L’avantage : une pompe à chaleur peut être installée dans des maisons neuves mais aussi en remplacement d’un chauffage existant, avec quelques restrictions seulement.
L’inconvénient : le bruit de la pompe qui peut causer des nuisances au voisinage en cas de proximité.

Le bois :

Ressource renouvelable, le bois a un impact quasiment nul sur l’effet de serre. En brûlant, il ne rejette que le dioxyde de carbone qu’il a absorbé pendant sa croissance. Son utilisation dégage ainsi 12 fois moins de CO2 qu’un chauffage au fioul et 6 fois moins qu’une installation au gaz.
Mais tous les chauffages au bois ne se valent pas. Une cheminée ouverte n’a un rendement que de 10 à 25% alors qu’il peut monter à 70% avec un insert ou un poêle. Pour une même quantité de bois, on produira beaucoup plus de chaleur. Ce sont donc des solutions aussi économiques qu’écologiques !

Notre conseil :

Fiez-vous au label Flamme Verte qui garantit un rendement supérieur à 65% et des émissions polluantes limitées. Faites entretenir régulièrement votre installation et vérifiez que votre bois est sec. Le bois mouillé brûle moins bien, à un rendement plus faible et pollue aussi beaucoup plus !

Enfin, sachez qu’il est recommandé par l’agence de l’environnement de chauffer son habitation à 19°C. En moyenne, les français se chauffent à 21°C. Un degré de moins dans votre maison ferait baisser votre facture de 7 à 10%. Se chauffer à 19° vous permettrait donc de faire entre 14 et 20% d’économies !

Nos conseils pour installer votre colonne de douche en 4 étapes

Oui, vous pouvez vous-même installer votre colonne de douche !

Préparez l’installation de votre colonne de douche

Commençons d’abord par quelques mesures à prendre :

  1. Coupez votre arrivée d’eau – évitez l’inondation peut être une bonne idée !
  2.  Vérifiez que le mur ou la paroi d’accueil de votre colonne de douche soit assez robuste pour supporter le poids cumulé des canalisations, des sorties d’eau et de votre colonne de douche
  3. Vérifiez que votre production d’eau chaude dispose de suffisamment de pression car celle-ci exige une pression minimale pour fonctionner normalement. Qu’entendons-nous par ici ? La pression minimale pour le bon fonctionnement de votre colonne de douche est de 2 bars (3 bars sont recommandés), au-delà de 4 bars il est nécessaire que vous installiez un réducteur de pression

Une fois que vous vous êtes assurés que vous pouviez commencer vos travaux, munissez-vous de :

  • Perceuse électrique
  • Niveau à bulle
  • Règle
  • Crayon gras ou 1 craie
  • Chevilles
  • Marteau/maillet
  • Tournevis
  • Clé à molette
  • Votre pack complet colonne de douche

Vous êtes à présent prêt pour installer votre colonne de douche !

Les différentes étapes de la pose

1 : Choisir l’emplacement et tracer les repères

  1. Grâce à l’aide du centre de la douche, tracez les repères pour aligner la colonne sur le centre de la douche
  2. Identifiez l’arrivée d’eau servant à l’emplacement du mitigeur thermostatique. Délimitez cette zone avec un crayon de manière à ce que l’arrivée d’eau soit à la même hauteur que le mitigeur
  3. Simulez la pose de la colonne sur le mur, tracez au crayon les limites de pose verticales et horizontales (le pommeau de tête devra être positionné entre 10 et 15 cm au-dessus de la tête)

2 : Les branchements

  1. Retournez la colonne, identifiez les trous de fixation et mesurez la distance qui les sépare les uns des autres. Marquez sur les murs ces repères.
  2. Percez des trous avec des forêts grâce à ces derniers repères et insérez les chevilles sans forcer avec votre marteau. S’il s’agit de carrelage favorisez l’utilisation de foret neufs pour percer et ne percez pas à même le mur. Vous pouvez vous référer à notre article Comment percer du carrelage sans le casser. Vissez les pattes de fixation qui accueilleront la colonne tout en vérifiant l’horizontalité avec votre niveau à bulle. Raccordez les flexibles internes aux arrivées d’eau chaude et froide en vous assurant que vous raccordez bien les flexibles d’eau chaude avec la sortie d’eau chaude et les flexibles d’eau froide avec la sortie d’eau froide

Colonnededouche1

3 : La pose de votre colonne de douche

  1. Placez le joint d’étanchéité sur le flexible de douche et de la douchette (et/ou du pommeau de douche) et fixez les flexibles à la colonne de douche
  2. Posez la colonne sur les pattes de fixation

4 : Le test et le contrôle

Ouvrez l’eau et vérifiez le bon fonctionnement. Aussi, les panneaux sont généralement préréglés à 38°C, il se peut cependant qu’un ajustement soit nécessaire.

Colonnededouche2

Top 5 : Les astuces pour moderniser votre intérieur

L’agencement et la décoration de votre intérieur manquent de caractère ?

Une décoration réussie nécessite la création d’un univers à la fois dynamique et cocoon. Il est alors essentiel de mixer les matériaux, de diversifier les matières et les couleurs, jouer avec la lumière et les espaces à l’aide de rideaux, tapis, lampes, lustres, peintures… Les différents éléments doivent se chevaucher dans le but de créer une harmonie et une unicité. Découvrez nos 5 astuces pour apporter de la modernité à votre intérieur tout en le rendant encore plus accueillant et chaleureux.

Conseils pour l'aménagement de son intérieur

Conseils pour l’aménagement de son intérieur

1. Optimisez l’espace

Portez un regard neuf sur votre maison afin de désencombrer et libérer votre intérieur. Exit les bibelots, babioles et autres vestiges, privilégiez la clarté et les lignes épurées afin de ne pas voler la vedette aux tableaux, canapés et fauteuils. Cela vous permettra de libérer le volume et donner l’illusion de pièces plus grandes.

2. Jouez avec la lumière

La lumière, naturelle ou artificielle, est un élément clé lorsque l’on souhaite moderniser son intérieur. Soignez l’habillage de vos fenêtres en décrochant vos anciens rideaux épais et occultants pour les remplacer par de vaporeux voilages. Transparents et légers, ils permettent d’obtenir un espace lumineux et cosy car ils laissent entrer la lumière tout en atténuant l’éclat des rayons du soleil.

Si vos ouvertures sont peu nombreuses ou de petites tailles, n’hésitez pas à accrocher de grands miroirs pour que la lumière puisse se réfléchir et se diffuser dans l’ensemble de la pièce.

Pensez à multiplier les éclairages afin de pouvoir moduler l’ambiance de votre intérieur en fonction de vos activités. Il est possible de juxtaposer différents luminaires tels que des lampadaires, les lampes à poser, les néons, les spots, les appliques et les suspensions… Veillez cependant à vérifier le rendement photométrique et choisissez-les avec des systèmes d’éclairage plutôt avantageux, comme le sodium, les lampes fluo compactes ou encore les tubes fluorescents.

3. Dynamisez votre intérieur

Il est temps de donner un peu de peps à vos murs blancs. Pour cela, choisissez un mur fortement exposé à la lumière du jour afin de ne pas assombrir votre pièce. Si vous avez de petits espaces, préférez des couleurs plutôt neutres, telles que le gris, taupe, bleu pétrole, bleu canard, bleu pastel…

Optez pour des couleurs froides et apaisantes dans les pièces destinées au repos et osez les couleurs plus soutenues ou chaudes pour les pièces à vivre.

4. Misez sur les accessoires

Égayez votre maison en apportant de petites couches de couleurs grâce à quelques accessoires. Que ce soit avec des tableaux, lustres, lampes, coussins, stickers… L’important est d’apporter du caractère à votre intérieur.

En effet, les stickers, à la fois modernes et originaux, donnent rapidement un nouveau look à votre pièce. Il en existe pour tous les goûts et permettent d’habiller vos murs sans les abîmer.

Les meubles modernes sont souvent synonymes d’angles droits et de froideur. Les recouvrir d’un plaid et de coussins est un excellent moyen d’apporter texture et relief. Ne surchargez pas vos canapés et fauteuils, mais choisissez environ trois coussins de différentes tailles.

5. Rénovez des anciens meubles

Rénovez et personnalisez vos anciens meubles afin de changer l’atmosphère de votre intérieur au gré des tendances.

La solution la plus évidente est de recouvrir ses meubles grâce à une patine. Pour cela :

•    Utilisez un papier de verre afin de mettre le bois à nu, poncez le meuble pour enlever toutes traces de peinture, vernis…

•    Lessivez-le pour faire disparaitre tous les petits résidus

•    Une fois le meuble séché, vous pouvez appliquer la sous-couche à l’aide de pinceaux plats

•    Poncez ensuite une seconde fois et passez un chiffon afin d’obtenir une surface lisse et propre

•    Choisissez votre peinture acrylique et appliquez délicatement la patine à l’aide d’un pinceau plat

•    Vous pouvez poncer une dernière fois afin d’obtenir un résultat parfaitement lisse

•    Et pour que vos meubles soient méconnaissables : changez les poignées !

Vous pouvez aussi donner une seconde vie à vos meubles en les recouvrant d’une peinture ardoise, une façon originale et poétique d’embellir votre intérieur : ce procédé est particulièrement adapté à la cuisine. Pour vos autres pièces vous pouvez utiliser des miroirs afin de donner du chic à vos meubles, pensez aussi au masking tape qui permet de créer divers motifs graphiques grâce à des rubans adhésifs posés sur des objets, des meubles ou des murs.

Vous pouvez apporter une touche de modernité en changeant simplement les chaises, ou en retapissant les vôtres.

Utilisez vos photos souvenirs, cartes postales, posters pour composer un petit pêle-mêle qui vous ressemble et figez simplement le tout grâce à la résine époxy. L’époxy permet d’imperméabiliser et figer des éléments dans une résine coulée et durcie. La matière s’étale sur la composition pour créer un revêtement à l’effet vitrifiant sur vos tables basses, commodes, tables de chevet …

Laissez libre cours à votre imagination et n’hésitez pas à partager vos chefs-d’œuvre en commentaire !

Comment appliquer son crépi extérieur ?

Nos conseils pour appliquer son crépi extérieur :

Avant toutes choses, sachez qu’appliquer son crépi extérieur de sa maison nécessite de réaliser une demande préalable de travaux en mairie : vous devrez vous renseigner sur les normes en matière de couleur, de technique ou de matériau auprès des pouvoirs locaux.

Avant d’appliquer votre crépi extérieur, commencez par protéger tout ce qui vous semble nécessaire à l’aide d’une bâche et utilisez un nettoyeur haute pression à froid pour nettoyer en profondeur votre mur. Rebouchez alors les fissures que vous avez pu repérer. Les murs doivent être propres, sains, secs, et exempts de moisissures ou de champignons.

Pour appliquer votre crépi extérieur, deux possibilités s’offrent à vous : le rouleau « spécial crépi » ou la taloche.

Au rouleau : Faites des mouvements du haut vers le bas et passez le rouleau alvéolé sur une couche de 2 mm d’épaisseur. Croisez ensuite le crépi, en passant le même rouleau, perpendiculairement au premier passage pour obtenir une répartition uniforme. Sans attendre, réalisez ensuite le décor en passant lentement et régulièrement de bas en haut à l’aide d’un rouleau structuré (« trous brûlés », « nid d’abeille » ou « grain fin » selon la finition souhaitée). Pour éviter toute sur-épaisseur de crépi, prenez soin d’enlever les excédants de produit à l’aide d’un couteau à enduire.

À la taloche : Appliquez une couche de crépi de 2 mm d’épaisseur sur une surface d’environ 1,50 m sur 1,50 m. Passez ensuite la taloche en faisant des mouvements circulaires ou de haut en bas pour donner un effet. Faites attention à bien obtenir une surface uniforme.

Il vous faudra ensuite suivre les étapes suivantes :
appliquer son crépi extérieur
Enfin, pour éviter l’humidité, sachez qu’il est déconseillé de travailler trop tôt le matin afin. De la même manière, un soleil trop présent fera sécher trop vite votre crépi tandis qu’une température basse multipliera le temps de séchage.

Do It Yourself – Création de lampes design

Découvrez comment créer vous-même des lampes design aux couleurs de vos effigies favorites !

Avec quelques outils trouvables facilement et du temps, la création d’objets de décoration design sont à la portée de tous. La vidéo suivante est un exemple parfait de créations originales que vous pouvez faire vous-même. De plus, ces lampes uniques peuvent être personnalisables à l’infini en fonction des goûts et des univers de chacun.

Libérez  votre imagination et laissez vous porter par vos envies les plus folles !

Vous aimez ces lampes design et vous êtes un adepte de ce genre de créations innovantes ? Alors n’hésitez plus et allez voir nos autres articles pour avoir toujours plus d’idées innovantes !

Comment percer du carrelage sans le casser ?

On pourrait croire à première vue que percer du carrelage sans le casser est une chose facile…détrompez-vous ! Percer le carrelage est tout un art, et il est nécessaire de prendre certaines précautions pour éviter de l’abîmer.

Si vous souhaitez percer votre carrelage ou votre faïence, soyez très vigilant aux différentes manipulations effectuées sur votre surface. Il suffit d’un mauvais geste pour que le mur de votre pièce soit complètement délabré et irréparable. En effet, si votre carrelage se casse ou se fissure il sera impossible de le récupérer, et vous pourrez alors dire adieu au projet qui vous tenait tant à cœur.

Afin d’éviter ce problème, voici une série d’étapes faciles à appliquer pour réaliser votre perçage en toute sérénité.

Les différentes étapes pour percer du carrelage sans le casser : 

  • Marquez avec un crayon l’endroit où vous souhaitez faire le trou.
  • Une fois la marque faite, nous vous conseillons de placer de l’adhésif en forme de croix par-dessus la marque de crayon sur le carrelage. Cette étape vous permet de ne pas vous tromper et de savoir parfaitement où percer sans crainte.
  • Après avoir insérer le foret dans votre perceuse, placez-vous au milieu de la croix précédemment scotchée. Ensuite, sans allumer votre perceuse, effectuez une légère pression sur celle-ci afin de commencer votre perçage avec précision.
  • Pour terminer, la meilleure solution est de placer votre foret perpendiculairement au mur, d’allumer votre appareil, et de démarrer votre perçage tout doucement, en y allant petit à petit jusqu’à l’obtention du trou désiré.

percer du carrelage sans le casser

Grâce à cette technique simple et astucieuse, vous êtes à présent capable de percer du carrelage sans le casser ! Alors n’attendez plus et allez chercher vos outils !

Nos conseils pour installer votre haie artificielle avant l’été

Afin de profiter de l’été dans votre jardin avec plus d’intimité, nous allons découvrir comment installer une haie artificielle décorative rapidement et facilement. Que ce soit en brins ou en rouleaux, choisissez votre type de haie adapté à votre maison.

haie artificielle

revêtement haie artificielle

Cette image illustre les différents types de revêtements possibles pour une haie artificielle : Feuille ou Gazon

Pour commencer, la haie artificielle possède de nombreux avantages :

  • Elle vous offre de l’intimité lorsque vous êtes dans votre jardin
  • Elle est plus esthétique qu’un mur en béton
  • Elle est compatible avec tous types de supports (portails, murets, cloisons…)
  • Elle est immédiatement utilisable : pas besoin d’attendre qu’elle ne pousse
  • Elle conserve une belle couleur verte pendant au moins 10 ans grâce aux différents traitements anti-UV et décoloration
  • Elle ajoute une zone d’ombre à votre jardin
  • Elle ne nécessite pas d’entretien : ni taille, ni traitement anti-parasites

Ces avantages sont communs aux deux types de haies artificielles : les haies en brins et en rouleau. Ces deux types sont adaptés à des usages différents selon vos besoins.

Haies artificielles en brins

Ce type de haies s’accroche uniquement à un grillage car il faut serrer la haie autour des différents barreaux que constituent votre grillage. Pour une occultation maximale, il est recommandé de recouvrir à la fois le recto et le verso de votre grille.

Avantage : L’aspect naturel de la haie artificielle en brins

Haies artificielles en rouleaux

Plus facile à poser, ce type de haies a simplement besoin d’être découpée dans les dimensions souhaités.  Ce type de haies artificielles possède l’avantage de pouvoir recouvrir aussi bien un grillage qu’une brande ou une canisse.

Avantage : L’installation facile et la multitude de surfaces adaptés aux haies artificielles en rouleau.

Comment installer sa haie artificielle ?

Etape 1 : Équipez-vous de brides de différentes tailles et couleurs et de fil plastique de jardin de différentes grosseurs.

Etape 2 : Mesurez la dimension de la partie supérieure du support.

Etape 3 : Découpez la pièce de haie artificielle en fonction de la dimension mesurée.

Etape 5 : Plaquez la pièce de haie contre votre support puis maintenez-la grâce aux brides situées autour des barres métalliques de votre porte ou de votre grillage.

Etape 6 : Coupez la pièce ou les pièces dont vous avez besoin dans les proportions souhaitées.. Pour effectuer ce travail de découpe, privilégiez une pince qui vous servira aussi à couper les extrémités des fils.

Etape 7 : Fixez le reste des pièces à la haie artificielle en procédant de la même manière que la première fois.

Prévoyez une journée de printemps pour installer votre haie artificielle et profitez d’une belle journée ensoleillée sans subir les désagréments de l’hiver ni les lourdes chaleurs estivales !

Comment récupérer l’eau de pluie ?

Vous souhaitez conjuguer économie et écologie ? C’est possible en récupérant un élément que nous utilisons quotidiennement : l’eau ! En effet, 45% de l’eau de pluie que nous utilisons ne nécessite pas d’être potable, c’est la raison pour laquelle récupérer l’eau de pluie peut s’avérer très intéressant.

Pourquoi récupérer l’eau de pluie ?

Il y a 3 principales raisons de récupérer l’eau de pluie :

  • Utilisez l’eau de pluie récupérée pour divers usages domestiques (arrosage, lavage de voiture, terrasse, lavage de voiture, terrasse). Sur une année et selon le taux de pluviométrie de votre région, vous pouvez récupérer jusqu’à 600 litres d’eau par m² de toiture.
  • Economisez entre 500 et 700€ par an en réduisant votre consommation d’eau non potable. Avec la hausse permanente du prix du m³ d’eau, le système de récupération d’eau de pluie est une solution rapidement amortissable.
  • Agissez de façon écologique en réduisant vos consommations d’eau.

Pour quels usages peut-on employer l’eau de pluie ?

De multiples usages ne nécessitent pas d’eau potable mais demandent tout de même une consommation d’eau conséquente. L’eau nécessaire pour le lavage de votre voiture, l’arrosage de votre jardin, le remplissage de votre machine à laver ou encore la chasse de vos toilettes sont autant de bonnes raisons de récupérer l’eau de pluie.

 
Utilisation pour récupérer l'eau de pluie

Installation du récupérateur d’eau

L’eau de pluie qui tombe sur la toiture est canalisée vers les descentes de gouttières qui sont reliées à la cuve. Une petite grille (crapaudine) placée sur la descente effectue un premier filtrage en retenant les débris du toit (feuilles…). En amont de la cuve, l’eau passe dans un filtre-décanteur qui sépare les impuretés en suspension pour être ensuite envoyée dans le réseau de distribution de l’eau de la maison.

Il faut bien évidemment placer votre récupérateur à proximité d’une descente et installer votre récupérateur sur une surface plate et solide, à l’abri des arbres pour éviter d’avoir des feuilles dans le réservoir. Pour les cuves enterrées il faut se renseigner sur la nature du sol avant de l’installer pour pouvoir stabiliser la cuve dans le sol.
1. Utiliser un collecteur de gouttière (avec un filtre si possible) qui va se placer directement au sein de la gouttière.

2. Choisir son récupérateur d’eau en fonction de ses besoins : il existe différents modèles de récupérateurs d’eau, avec des capacités pouvant atteindre jusqu’à 10 000.

3. Installer son récupérateur d’eau

4. Installer un trop plein qui permettra de refouler l’eau dans le réseau d’eau pluviale si la cuve venait à être pleine.

5. Couvrir la cuve permet d’éviter la formation d’algues et la prolifération de micro-organismes ou insectes.

Êtes-vous prêt à tenter l’expérience et récupérer l’eau de pluie ?

Comment bien choisir sa ponceuse ?

Que vous effectuiez des travaux importants ou des activités de bricolage à la maison, une bonne ponceuse est un élément indispensable de votre atelier.

Pour ce faire, retrouvez notre fiche conseil pour bien choisir sa ponceuse.

Il existe différentes sortes de ponceuses. On distingue :

  • Les ponceuses à bande
  • Les ponceuses vibrantes
  • Les ponceuses girafe
  • Les ponceuses excentriques

Les différents types de ponceuses

La ponceuse à bande 

Constituée de 2 rouleaux entre lesquels est fixée une bande de papier de verre, la ponceuse à bande est destinée au ponçage grossier. Elle n’est pas du tout adaptée à des travaux de précision. Relativement lourde, elle se manie sur de grandes surfaces très rugueuses afin de les dégrossir.

La ponceuse vibrante

Elle se caractérise par le mouvement oscillatoire de son plateau. Cette ponceuse est particulièrement utile pour des ponçages de finition. Avec un poids assez léger, elle se manie facilement dans les moindres recoins.  Vous aurez également l’avantage d’avoir différentes formes de plateau.

  • Un plateau triangulaire : Adapté pour les angles
  • Un plateau rectangulaire : Adapté pour des surfaces planes
La ponceuse excentrique

Très polyvalente, elle allie deux types de mouvement (rotatif et oscillant) ce qui permet donc de l’utiliser à la fois pour du ponçage grossier et du ponçages de finition.

La ponceuse girafe

La ponceuse girafe est idéale pour poncer les murs et les plafonds. Dotée d’un bras télescopique elle rend le ponçage des grandes surfaces plus simple.

Conseil pour un ponçage réussi :

Gardez toujours votre ponceuse en mouvement ! Si vous maintenez la ponceuse sur place, vous risquez de creuser la pièce.

Surtout, maintenez fermement la ponceuse. Selon la puissance, elle aura tendance à s’échapper de vos mains

 

post_ponceuse

Do It Yourself – Des rangements personnalisés

Vous manquez d’espace de rangements dans votre placard ?

Nous vous proposons aujourd’hui un tuto DIY concernant vos espaces de rangements qui en ravira plus d’un. Découvrez une méthode astucieuse pour gagner de la place. Simple, efficace et peu coûteuse.

Partagez avec nous vos idées et astuces rangement.